Skip to content

Gérard de République du Chiffon

Il y a les projets dits « boulets », ceux que tu commences pleine d’enthousiasme mais que tu finis par traîner en implorant d’en voir un jour le bout. Un peu comme le pull dont je t’ai parlé la dernière fois. Et il y a ceux que tu rêves de réaliser mais dont tu repousses quotidiennement la mise en chantier en te trouvant toujours les meilleures excuses du monde. Un jour, il fait trop chaud, un autre il fait trop froid. Ce n’est jamais vraiment le bon moment. Et finalement, la lassitude, le manque de temps, et la procrastination deviennent autant de « bonnes raisons » pour ne pas te lancer. Alors que finalement, l’unique coupable de ton immobilisme, c’est la PEUR. La peur de mal faire, la peur de rater, la peur de décevoir. Et puis un jour, tu finis par te lancer. Et ce jour-là… Je vais donc te conter l’histoire toute bête d’un cadeau d’anniversaire qui a dû affronter la peur. Cette histoire, c’est celle du manteau Gérard de République du Chiffon cousu pour ma sister.

 

 

🌸 Le cadeau d’anniversaire

En Novembre 2017, après un an de Tour du Monde – ouais, je sais, ça fout la haine – ma petite sœur (qui je le rappelle, vit à Londres) est venue fêter ses 40 ans sur le domaine familial. Nous voilâmes donc tous réunis dans le pavillon de banlieue de mes parents pour l’aider à entrer dignement dans cette vilaine quarantaine. Ce jour-là, le champagne coula à flot, et les cadeaux furent au rendez-vous. Tous, sauf un. Le mien. Sachant que ma sœur apprécie beaucoup mes talents créatifs, je me fais fort, en général, et en toute occasion de lui offrir un cadeau fait main. Mais pour ce passage de dizaine, je m’étais dit qu’il fallait marquer le coup. On a pas 40 ans tous les jours tout de même ! (cf. mon anniversaire) Je lui avais donc laissé le choix. C’est ainsi que le challenge DU manteau est né.

Il a d’abord fallu déterminer le modèle. Ma sœur sachant exactement ce qu’elle voulait, ça n’a pas été trop long à trouver. Après quelques tâtonnements le challenge manteau Gérard de République du Chiffon était lancé. Ne manquait plus que les matières premières. Quelques temps auparavant, ma sœur m’avait donné un très joli lainage gris chiné. Malheureusement, le métrage n’était absolument pas suffisant. Qu’à cela ne tienne, un petit tour chez les Coupons de Saint-Pierre et je me suis retrouvée avec trois mètres de lainage bouilli et trois mètres de doublure satin (à la demande de sa propriétaire). A cela j’ai ajouté un bon métrage de passepoil doré pour agrémenter le tout. Et comme je le dis à chaque fois : yavaipluka.

 

✨ Quand le plus dur c’est presque de trouver le patron

Enfin presque. A ce stade, il me manquait encore le plus important : le patron. Mais comment ? Pour la simple raison qu’il n’était plus disponible sur le site de RDC autrement qu’en Anglais. Et que j’ai beau avoir plus que des notions dans la langue de Shakespeare, je me sentais moyen de déchiffrer des notions techniques. J’ai donc tenté de savoir si la marque attendait un réassort, et dans quel délai. Malheureusement, mes mails et mes instadirects sont restés sans réponse. Sympa. Moins un pour le SAV de RDC

J’avoue avoir réussi à récupérer le PDF de l’ancienne version. Je sais, c’est mal. T’inquiètes, le karma me l’a rendu. Ma sœur n’a pas du tout adhéré à cette version aux poches plaquées. Et j’ai donc fini par acheter le patron avec les poches passepoilées et les instructions en Anglais…

 

 

🌸 Quand la peur tue la créativité

Et c’est là, que toute les cartes en main, j’ai freiné des quatre fers. J’ai ouvert mon livret, je l’ai lu en diagonale, et je l’ai refermé et jeté au fond d’un tiroir. J’avoue sans honte ne pas en avoir compris le quart. Et pour en rajouter, le livret était vilainement mal coupé. Tous les bas de page manquaient… J’aurais pu envoyer un message de réclamation, mais après ma déconvenue concernant la date de réapprovisionnement, je n’allais pas encore perdre mon temps dans le vent. Ni une, ni deux, la peur venait de s’installer.

Peu de temps avant les vacances de février – donc deux bons mois après l’anniversaire de ma frangine – je me suis dit qu’il était peut-être temps de dire fuck à la trouille. Les relances régulières de ma sista y étant potentiellement aussi pour quelque chose. Oups. J’ai donc pris le temps de bien relire mon livret en long, en large et en travers en essayant de combler les trous des lignes manquantes. Un vrai bonheur. Et c’est là que j’ai vu que certaines étapes renvoyaient à des pas à pas illustrés sur le site de la marque. Alléluia ! Je suis vite aller regarder ça, et ma confiance a fini par miraculeusement remonter en flèche. J’ai donc pris une grande inspiration, et j’ai sauté.

 

 

🌸 Le grand saut

Sûre de moi j’ai emporté tout mon matériel pendant nos vacances aux Sports d’hiver, accompagné d’un sac à finir, d’une Marthe à coudre, de deux mètres de jersey à transformer en pyjamas et de quoi faire une tunique à ma tornade. Eh oui, Madame, j’avais la confiance à son maximum. J’avais carrément le temps de coudre tout ça en 15 jours. Je suis une Super Héroïne ou pas ? Toujours est-il que j’ai tout réalisé, sauf le manteau. Ça t’étonne ? Merci pour rien 😉

En réalité, j’ai décalqué la bête la veille de notre départ, profitant de la grande table du salon. Et franchement, j’ai trouvé ça horriblement long….

Rentrée chez moi, je me suis dit que je ne pouvais plus reculer et je me suis lancée dans la coupe du lainage. Après avoir coupé mes devants en double j’ai vite conclu que les épaisseurs ne rendaient pas la tâche facile et qu’il allait falloir que je coupe chaque pièce séparément pour ne pas créer de décalage nuisible au rendu final du manteau. Youpi. Des heures de décalquage, suivies d’une après-midi de coupe. C’est ce que je préfère.

 

✨ L’erreur

De ce fait, en bonne gourdasse, j’ai réussi à couper deux fois le même demi dos. En fait, j’étais persuadée que le tissu était double face. Il faut dire que sur du bleu foncé, ce n’était pas évident à déceler. Mais j’ai fini par me rendre compte que les deux faces étaient différentes et que je m’étais plantée. Avant d’aller plus loin, j’ai lancé un appel à Fanny, grande Prêtresse de la couture pour avoir son avis sur l’envers et l’endroit de mon tissu. Suite à sa réponse, j’ai fini de couper mes pièces extérieures en espérant avoir assez pour pouvoir recouper mon demi dos. Caramba. Encore raté… J’ai donc coupé cette pièce dans le sens inverse du droit fil, prenant le risque que ça se voit. Tu me diras en regardant les photos si ça te saute aux yeux ou pas. Moi je le vois, mais c’est sûrement parce que je le sais.

Le reste de la coupe s’est passé sans erreur. Je soulignerai juste que le livret présente l’intégralité du plan de coupe du tissu extérieur, mais RIEN concernant la doublure. Il n’y a également AUCUNE indication concernant les marges à ajouter aux poches alors que les marges de toutes les autres pièces sont clairement indiquées.

 

 

🌸 La réalisation

Je vais te faire grâce de toutes les étapes. Autant te coudre le manteau en live, ça serait moins chiant. Je vais juste te parler des plus notables.

Tout d’abord, les poches passepoilées donc je me faisais tout un monde. J’ai finalement décidé de faire une poche test dans une chute. C’est fou comme ce genre de préparation rassure. J’ai donc enchaîné sur les trois poches que comporte le manteau, avec une certaine facilité et surtout une grande fierté. Ce n’était pas vraiment une première finalement. Mais en matière de couture il m’arrive d’être un vrai poisson rouge. Et je n’avais plus aucun souvenir d’en avoir déjà réalisé.

Le point technique suivant remarquable réside dans la couture du col tailleur. J’ai pas mal transpiré à cette étape, les angles de mon col ne sont pas parfaits mais quand même. Sur ce point, je remercie le tuto photo sur le blog de RDC. Sans ça, j’aurais certainement lutté.

Puis est arrivé le moment de poser la doublure… J’ai dû résorber un ÉNORME embu au niveau des têtes de manches… Heureusement que le manteau ne se porte pas à l’envers. Et j’ai également découvert avec plaisir la technique du glaçage de la doublure. D’ailleurs, je trouve que le mien est un peu trop marqué.

Pour finir, je me suis offert une toute dernière boulette dans la dernière ligne droite. Boulette que j’ai repéré après avoir refermé l’ouverture dans la manche de la doublure. En glaçant la doublure d’une des manches, j’avais fait vriller la doublure. Le manteau était importable. j’ai dû découdre, et recommencer.

J’ai fini Gérard un bel après-midi de Printemps pendant les vacances de Pâques. Fin prêt pour être porté au mariage de mon cousin fin Avril, jour où j’ai pris les photos. Les Parisien·nes reconnaîtront peut-être le Parc des Buttes Chaumont dans lequel les mariés se sont offerts eux aussi une séance photo.

Coudre Gérard de République du Chiffon Coudre Gérard de République du Chiffon Coudre Gérard de République du Chiffon Coudre Gérard de République du Chiffon Coudre Gérard de République du Chiffon Coudre Gérard de République du Chiffon Coudre Gérard de République du Chiffon

Coudre Gérard de République du Chiffon
Manteau Gérard de République du Chiffon, taille M sans modifs – Lainage bouilli et doublure satin Les Coupons de Saint-Pierre – Passepoil doré Mondial Tissu.

Coudre Gérard de République du Chiffon Coudre Gérard de République du Chiffon Coudre Gérard de République du Chiffon Coudre Gérard de République du Chiffon

 

 

🌸 Bilan

Ton œil avisé aura remarqué qu’il manque les boutons. N’ayant pas la future propriétaire sous la main je ne voulais pas prendre le risque de les coudre à l’aveugle. J’ai donc récupéré le manteau après le mariage pour faire les boutonnières. Fatalement, j’en ai « raté » une. Que j’ai récupéré à la sauvage. La loose.

Au final, je suis ravie d’avoir cousu ce manteau même si j’ai pas mal de reproches à faire à la marque : manque de communication, livrets pas très détaillés, bourré d’erreurs et mal coupé. J’ajoute que les poches sont tellement immenses qu’une fois les boutonnières cousues il est impossible de mettre les mains au fond. D’ailleurs, NE PAS OUBLIER de déplacer les poches avant de coudre les boutonnières, sous peine de les coudre avec… Je ne sais pas si je n’ai pas fait la boulette pour une des deux…

Je me rends compte que chaque article que j’ai publié ces derniers temps te parle de réalisations dans la douleur. A croire que je suis une véritable masochiste du DIY. C’est un peu vrai. Mais c’est aussi le reflet du besoin que j’ai d’être poussée dans mes retranchements pour faire aboutir mes projets. Au final, je suis ravie d’avoir cousu ce manteau. Je m’apprête d’ailleurs à en coudre un à Émilie. Un mois qu’il attend l’étape de la coupe… Chaque chose en son temps 😉

 

Si tu as aimé cet article, n’hésite pas à le partager sur tes réseaux et à épingler cette image sur Pinterest. Et si tu n’es pas encore abonné·e au blog, il est toujours temps de le faire en utilisant le formulaire au bas de cette page.

Tchuss !!!

Sur le même thème
Partager cet article sur

46 Comments

  1. Ahaha mais comme j’ai ri !! J’adore vraiment cette façon que tu as de raconter tes histoires, c’est unique ^^ En tout cas, quand on regarde le manteau, on ne se doute pas de toute la douleur que tu as du supporter, le rendu est super ! Belle semaine 🙂

    • Merci beaucoup 😉 J’avoue que chez moi, tout acte créatif s’accouche aux forceps… Mais je ne peux pas m’en passer.

  2. tu peux franchement être fière de toi!!
    rien n’est jamais simple mais tu gagnes à tous les coups ma grande!!
    perso je ne vois pas de décalage dans les tons du tissu au dos….

    • Merci !!! Je fais en sorte de toujours y arriver, peu importe le temps et l’énergie que ça me prend 😉
      Concernant le dos, on voit que le pan gauche est raide alors que celui de droite est fluide. mais rien de dramatique. Faudrait juste pas que ça fasse des ravages dans le temps.

  3. evelyne evelyne

    Bonjour je croyais que ça n arrivait qu à moi la peur de mal faire .en début 2018 ma fille m a demandé un pull de Noël un peu compliqué (j en déjà fait un l année d avant a son chéri et ça a été )mais là j ai bloqué j’ ai cherche les grilles et j’ ai encore bloqué . résultat elle n a pas eu son pull pour Noel et ni l une ni l autre n était contente ,moi très déçue de l avoir contrarie et de ne pas avoir pu vaincre cette crainte. résultat je m y suis remise en 2019 il faut que je le fasse (c est la première fois que ça m’arrive et j adore innove )merci pour votre message
    Amitiés Évelyne

    • Ouh la, non ! C’est universel je pense, mais tout le monde ne l’avoue pas en public 😉 Moi j’ai peur quasi à chaque début de projet… Mais je peux certifier qu’on y arrive toujours. Une étape à la fois. Je suis persuadée que votre pull sera superbe.

  4. ce manteau est superbe et on ne voit pas de différence pour la pièce coupée dans l’ autre sens. Le passepoil doré donne une très jolie finition. Bravo
    C’est souvent ainsi que cela se passe : lorsque il y a une appréhension en découle une boulette. Rassure-toi, cela m’arrive encore ……. de faire des boulettes.
    Bonne journée

    • Merci. Oui, en photo ça ne se voit pas. mais je me dis que ça risque de nuire à la bonne tenue du manteau dans le temps. Pour la boulette, je ne sais pas si ça est dû à l’appréhension, lol. Ça m’arrive souvent.

  5. Cilou Cilou

    C’est marrant parce que j’ai galèré aussi avé ça les derniers manteaux que j’ai fait !
    Bon au final il est chouette !

  6. Ton manteau est très réussi et va vraiment bien à ta Soeur ! Pour le dos je ne remarque rien.. Allez maintenant à celui d’Emilie… 😊

  7. Hey mais c’est digne d’un accouchement aux forceps et sans péridurale ton histoire 😱😱😱. Quel courage… Je t’avoue que moi non plus, je ne suis pas fan de cette marque et j’avais préféré coudre le manteau villette de La maison Victor

    • C’est ça. Blague à part, j’ai préféré mes quatre accouchements à la couture de ce manteau. Ce qui ne m’empêchera pas de recommencer ! Le corps et l’esprit oublient. lol
      Pour RDC, franchement, je suis vaccinée. Mais il faut savoir que ça fait partie de l’état d’esprit de la marque. Elle fait des patrons, pas des cours de couture. Personnellement, je ne vois pas comment on peut dissocier les deux. Mais bon. Chacun voit midi à sa porte.

  8. Je comprends tout à fait la procrastination liée à la trouille de se planter.. On a toutes ça devant un projet qui nous paraît compliqué.. Je dois dire que cela me tente depuis un certain temps de coudre cette pièce mais la difficulté me rebute encore.. En tout cas, ton manteau est absolument splendide.. Les poches, toutes les finitions sont superbes !!! Bravo pour ce projet réalisé haut la main!
    Je souscris à 100% à tes commentaires sur les patrons. Je n’ai fait qu’un modèle de la république du chiffons qui a fini quelque part entre la poubelle ou la boîte à recyclage. Mais j’ai eu pas mal de déconvenues avec pas mal de patrons, mal conçus, mal expliqués… Bef c’est un métier qui ne s’improvise pas contrairement à tout ce qu’on peut voir fleurir sur la toile..

    • Je pense sincèrement que coudre un manteau c’est technique, un peu long mais loin d’être insurmontable. Il faut juste trouver la bonne marque pour se lancer. Je ne saurai trop te conseiller Ivanne S et son Magnésium. Aucune chance de se rater !

  9. rachel rachel

    et bin didonc…ouiiii cela vallait la peine….il est tout simplement superbe…ouiiiii…bravo quel travail sur le loooong terme…;)

  10. Le résultat est très chouette, demi dos compris, moi je ne vois rien.
    Bravo d’avoir surmonté ta peur et l’inconnu !

    Par contre j’avoue que ca ne me donne pas envie de le coudre 🙂 …

  11. Bygabs Bygabs

    Je valide, il est mal coupé. Je ne porte plus le mien…

    • Pour la coupe, je ne sais. C’est pas moi qui le porte. Par contre, les explications etc… c’est plus que limite…

  12. anna anna

    Moi je vais te dire je comprends maintenant pourquoi j’ai pas encore fait demanteau et tu m’as bien convaincue de SURTOUT pas changer. J’ai trouvé dans un vieux 100 idées une veste qui est pas mal, sans doublure avec des tas de trucs pourr te simplifier la life. Je prends plutot ça. moi les trucs genre ppmc ou rdc qui réinventent la poudre ou l’eau chaude, je me méfie. Je me souviens encore les cours de couture à l’époque à l’école. Tu faisais ça au fil rouge sur du tissu blanc et la prof te foutait systématiquement une note sous la moyenne. Depuis ce temps là, je sais que la couture c’est pas instinctif sinon les hommes des cavernes auraient inventé le tailleur chanel. Tu me suis là ? Donc pas la peine de se foutre la rate au court bouillon. Donc je reprends mes petits classiques parce que tant qu’à faire, je préfère me faire plaisir même si je reconnais que l’onanisme diyesque c’est pas très you porn. Donc merci pour cette mise en garde gérard peut s’inscrire sur meetic, je tague pas. Bizoux partout reste toi même fais des trucs de ouf ç’est trop drôle.

    • Ah ah ah !!! Merci !!! J’ai pas connu la couture au fil rouge, mais j’imagine bien tiens 😉 Je t’avoue chercher la simplicité aussi en général, à moins d’avoir envie d’un bon challenge technique.

  13. Purée, ta sœur est canon. & vous vous ressemblez vachement. /* En gros, pas comme ma sœur et moi, je suis la fille du facteur. Ou ALORS tous mes frangins/frangines sont les enfants du facteur ……… */
    Sinon, y a un demi dos différent ? Ben, ça se voit pas … En tout cas, t’as eu raison de t’accrocher et de vaincre ta peur !
    Et donc, un deuxième ? T’es tarée et on aime ça !!!!
    /* Moi je vais déjà finir de coudre des plantes de pied à Doudou et après on verra. Mon manteau n’a que 10 ans …. il fera encore bien un voire deux hivers, hum hum. */

    • MDR… N’importe quoi. Et oui, je suis maso. Mais ça tu le sais ! J’ai fait quatre gosses tout de même 😉

  14. devinestu devinestu

    Quoi début février et le manteau d’Emilie n’est pas encore cousu …. ah ah ah je me marre parce que je voulais aussi m’en faire un mais bizarrement je trouve toujours un autre truc à faire avant… une histoire de trac je pense !!!
    Allez tu dois pouvoir te motiver avec la réussite de celui de ta sœur !

    • Eh bien non. Il attend son heure depuis Noël… Mais je vais m’y mettre. Promis.

  15. Quelle épopée ! Mais bravo, il est super réussi, tu peux être fière d’avoir traversé toutes ces épreuves ! Bises

  16. Je suis absolument épatée par ce manteau ! On dirait qu’il a été acheté dans une superbe boutique parisienne ! La classe.
    Je viens d’ailleurs de surfer un peu partout sur ton site et de découvrir notamment les jolis pulls tricotés pour tes « minis » garçon et fille. J’adore le pull « camilla » et ses coquillages, ainsi que le petit pull orange plein de peps.

    • Merci beaucoup ! C’est le compliment ultime ♥ Et merci pour les pulls. Camilla est malheureusement décédé dans d’atroces souffrances. Je pense le refaire peut-être plus tard.

  17. Même réalisé dans la douleur, il est magnifique ton Gérard!!

  18. Non mais toi !!!!! T’es dingue !!! On certes on le savait déjà !! J’espere Que ta sœur saura que tu l’aipes Vraiment fort pour avoir surmonté un tel trac et des épreuves pareilles 😂 bon pour te faire plaisir j’ai grossi’ les photos du dos et perso je n’ai Rien vu. Moi je pense que tu focalises dessus normal mais si tu ne dis rien je suis sure que ça passe crème. J’ai moi aussi des projets boulets à cause du trac. Par exemple j’ai une robe de Pauline Alice qui est coupée et qui attend d’être assemblée mais jaibtellement peur d’avoir un problème de taille ce qui me dégoûterait car j’adore le tissu que du coup je ne la couds’ pas en espérant un miracle‘ qui me ferait perdre 10 bons kg pour être sure 😂 ouais je sais n’importe quoi…. en tous les cas ce manteau est superbe. T’as du en chier avec la doublure qui glisse mais c’est aussi ce qui fait la classe de ce manteau. Et le passepoil doré relève le tout j’adore ! Bon c’est clairement pas mon style d’en manteau de l’avantage c’est que tu n’en m’auras pas dégoûtée avant que je n’en m’y mette lol ceci dit concernant la réputation de RDC c’est pas une nouveauté et sans prodiguer des cours de couture une explication claire et un SAV présent c’est la moindre’ des choses. Étonnant qu’ils n’aient pas encore déposé le bilan l’an vu comment certaines marques galèrent alors même qu’elles sont respectueuses de leurs clientes…. bon bah j’ai hâte d’en vour le manteau d’Emilie ! Tu as encore le temps vu que l’hiver est arrivé tardivement cette année. 😂 j’avais aussi le projet de me coudre un manteau pour moi cette année mais pareil je flippe et ne trouve pas le patron que je veux…. encore bravo trop classe ce manteau 😘😘

  19. Il est parfait ce manteau ! C’est difficile de coudre un projet galère, le prochain sera une partie de plaisir 😉

    • C’est clair. J’ai un peu enchaîné ces derniers temps et je n’arrive pas à retrouver le plaisir. On va dire que c’est le double effet kiss cool de l’hiver…

  20. claudine claudine

    ce manteau est tres sympa. j’ai également acheté un beau lainage vert kaki et je cherche un patron qui me tente .j’ai une question :c’est quoi glaçer une doublure?
    bravo pour ce manteau .tu peux étre fiere de toi.

  21. Sophie Sophie

    Merci beaucoup pour cet article sans langue de bois, comme d’habitude et qui m’a bien fait rire comme d’habitude également. À la semaine prochaine pour la suite de tes aventures 😀

  22. il lui va super bien et le résultat final est top, meme si c est pas mon style
    meme jusqu a la publication de l article c est un boulet ce manteau hihihi

    • J’en suis super fière, mais j’étais bien contente de m’en débarrasser tout compte fait.

Un petit mot avant de partir ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.