Passer au contenu

Nos pantalons de pyjamas en tartan

Temps de lecture estimé : 6 minutes et 13 secondes

Malgré la levée du « confinement » et l’absence de couvre-feu annoncé pour les fêtes de Noël, nous avons très vite décidé de ne pas faire prendre de risque à ma famille. Du coup, pas de réveillon avec ma grand-mère ni de 25 décembre à plus de 20 dans le salon de mes parents. Si ce n’était pas tout à fait la première fois que nous faisions le réveillon entre nous, nous n’avions encore jamais fait l’impasse sur le Jour de Noël, et je dois dire que ça m’a pas mal affectée. J’ai donc voulu « marquer le coup » afin de garder un souvenir joyeux de ce Noël pas comme les autres.

La cuisine n’étant pas mon fort, j’ai laissé le soin à mon chéri et aux enfants de se charger du menu. De mon côté, j’ai géré la déco à grands coups de crochet, mais pas que… Et surtout, je me suis encore une fois éclatée à réaliser des tenues coordonnées !!!

J’avoue d’emblée avoir 100% copié sur @oror_et_cie, grande amoureuse de l’Écosse et d’Outlander 😁, et chez qui j’avais admiré l’idée de génie de coudre des pantalons de pyjamas en Tartan pour elle et sa petite famille pour Noël. Qu’importe qu’ils soient 3 et nous 6… C’était exactement ce dont j’avais besoin !!! Ça a d’ailleurs très vite tourné à l’obsession. Mais ce n’est que quelques jours avant la date fatidique que je me suis mise en quête du tissu et des patrons.

Encore une fois, anticipation, je crie ton nom !!!

 

 

Le tartan

En faisant de rapides recherches, j’ai très vite trouvé mon bonheur chez Mondial Tissus qui proposait un tissu écossais « premier prix » (9,90€ le mètre) qui répondait parfaitement à mes exigences.

En calculant, à la louche, le métrage nécessaire pour réaliser 6 pantalons dont 4 en taille adulte et 2 en taille enfant, j’en étais arrivée à la conclusion qu’il allait me falloir au minimum 8 mètres de tissu. Pas moyen que je me ruine non plus.

Tu me diras, 8 mètres à presque 10 euros, ça faisait déjà une somme. Mais vues les circonstances, j’étais prête à les mettre, surtout pour des pièces qui étaient vouées à être plus que portées donc rentabilisées.

Le « destin » a fait que ma petite lubie m’a finalement coûté bien moins cher que prévu.

Il faut dire qu’en me rendant en magasin un 9 décembre, je prenais un risque non mesuré. J’avais vérifié la disponibilité du tissu avant d’y aller, mais le site n’étant pas encore précis au point d’indiquer le métrage restant sur le rouleau, j’ai croisé les doigts pour qu’il y en ait assez pour réaliser mon projet. En recalculant avec la vendeuse, nous nous sommes mises d’accord sur les fameux 8 mètres. Et c’est là que tu te doutes bien que c’est parti en cacahuètes. Il ne leur en restait plus que 6,70 m… 😱 Pas le choix. J’ai tout pris, et j’ai croisé les doigts pour que toutes mes pièces rentrent dedans.

Spoiler : en m’y reprenant à 2 fois en jouant à Tétris, j’ai réussi les doigts dans le nez. J’ai même constaté que j’avais quelques centimètres en trop. Incredible.

Du coup, moins de tissu = addition moins salée. Tu rajoutes à ça que je disposais d’un bon de réduction non encore utilisé. Au total, je m’en suis sortie pour moins de 65 euros, bobines de fil compris. Joie.

 

 

Les patrons de pyjamas

Avant de t’en dire plus et de te les montrer in situ, je te présente ma « petite » collection 💖 Tu remarqueras qu’il en manque un… Et c’est celui de mon mari. Je t’expliquerai pourquoi un peu plus bas, dans un paragraphe spécial « fail ».

Coudre pyjamas tartan Noël the amazing iron woman

Les pantalons des « petits »

La principale difficulté que j’ai rencontré dans ma recherche s’est située dans le fait que malgré la quantité phénoménale de patrons que je possède, aucun ne me permettait de coudre des pantalons de pyjamas en chaîne et trame. Et qu’un patron de jean, même un peu modifié ne me semblait pas convenir pour un vêtement de nuit qui, par définition, se doit d’être très agréable à porter.

Malgré tout, pour le microbe, le choix a été relativement vite fait.. J’ai repensé au baggy (Baggy Bottom,  modèle 12, Ottobre 1/2015) que je lui avait cousu il y a quelques années. Et miracle, le patron existait encore pour sa taille actuelle. Je n’ai rien eu à modifier. J’ai juste gardé les devants et les dos en zappant les poches. Pour ce qui est de la ceinture, j’ai conservé le montage indiqué dans le patron – mon préféré. L’élastique est monté en cercle au point zig zag sur le bord de l’envers. On replie le tout vers l’intérieur et on refait une piqure au point zig zag sur tout le tour. Et basta.

  • Avantage : c’est facile, rapide et l’élastique ne risque pas de « vriller » dans une coulisse.
  • Inconvénient : il ne faut pas se rater sur la longueur de l’élastique, au risque de devoir tout recommencer.

Et de un !

Coudre pyjamas tartan Noël the amazing iron woman

Pour Émilie, ça s’est avéré un poil plus compliqué. N’ayant rien trouvé qui me convenait, j’ai dû me résoudre à prendre le patron d’un jean ample dans un de mes Ottobre (je n’ai pas jugé nécessaire de noter lequel) et après avoir vérifié la largeur sur un autre de ses pyjamas, j’ai modifié/allongé les hauts des devants et des dos pour obtenir la bonne hauteur et insérer une coulisse pour l’élastique.

J’avoue avoir un peu transpiré au moment de le lui faire essayer. Je n’étais pas 100% sûre de mon coup. Mais c’est passé. Ouf.

Et de deux !

Coudre pyjamas tartan Noël the amazing iron woman

Où on voit que le microbe a encore de la place (surtout au niveau des fesses), et que le pantalon d’Émilie est un peu patronné à l’arrache (voir la fourche devant)…

Les pantalons des « grands »

Cette fois-ci, la solution est venue d’ailleurs. On ne le dira jamais assez, les blogs, les réseaux, etc… il y a rien de tel pour s’entraider. C’est donc Ysa qui est venue à mon secours en me parlant d’un patron dont je n’avais jamais entendu parler : le Tamagotshi Breton de Festive Road (gratuit).

Le seul truc « chiant » c’est qu’il a fallu que je le décalque en 3 tailles…

Pour Camille, 13 ans et demi et 155 cm environ – en vrai, je me plante tout le temps (une chose est sûre, c’est qu’il est toujours plus petit que moi… pour l’instant), j’ai coupé un 36 que j’étais sensée raccourcir de 10 cm. Forcément, j’ai oublié… Heureusement que j’avais un peu trop de tissu. Hum, hum… Du coup, je n’ai pas recoupé les fameux 10 cm en trop et j’ai fait un ourlet large, que je n’aurais plus qu’à défaire pour rallonger le pantalon. Pour le paraphraser dans ses moments d’intense autosatisfaction : je suis un* génie 🤣

La taille est parfaite (voir les photos porté debout un peu plus bas).

Et de trois !

Coudre pyjamas tartan Noël the amazing iron woman

Pour l’ado, qui a quasiment terminé sa croissance, et réussi l’exploit inespéré (pour elle) de me dépasser d’un ou 2 cm en atteignant, à vue de nez, le mètre 71, j’ai taillé un 40. Rien à redire. Elle a même validé la forme, le tombé, l’aisance, etc… J’ose dire que j’en aurais pleuré de joie. Toute mère d’ado me comprendra…

Et de quatre !

Putain, ce qu’ils sont beaux ces gosses…

Coudre pyjamas tartan Noël the amazing iron woman

Où tu constates que je n’ai pas essayé un quart de seconde de soigner mes raccords. Très franchement, tailler 6 pantalons dans du tartan tout en faisant attention aux raccords de rayures, même pas en rêve !!! D’une, ça m’aurait fait péter un plomb, et de deux, je n’avais pas le métrage nécessaire pour ce genre d’exercice.

Honnêtement, on n’y voit que du feu 😉

Le mien est donc le troisième issu de ce modèle, en 44 cette fois-ci. Et il me va parfaitement 💖

Et de cinq !

 

 

Nos pantalons de pyjamas en Tartan : les « fails »

  • Le premier n’en est pas vraiment un… À peine un aveu de faiblesse à vrai dire. Si j’ai effectivement terminé de coudre tous ces pyjamas pour notre réveillon, il leur manquait un tout petit détail : les ourlets. Je dois dire qu’après avoir monté 5 ceintures, j’étais au bout de ma vie. Les ourlets ont donc attendu le 25 ou le 26. Rien d’impardonnable en somme.
  • Les élastiques. Je te disais, en te parlant du pyjama du microbe, que je préférais l’élastique cousu directement à la taille aux coulisses. J’aurais dû modifier mes patrons et adapter cette finition à tous mes pantalons. J’essaierai d’y penser la prochaine fois. Parce que franchement, l’élastique qui plie et qui vrille dans la coulisse, c’est relou.
  • Le fail ultime : le pantalon de mon mec. Si je ne couds jamais pour lui, c’est que je ne trouve aucun patron à sa taille. On parle beaucoup d’inclusivité chez les créatrices/créateurs indépendants, et c’est très bien. Je n’ai rien à redire à ça. L’éventail de taille évolue pour satisfaire un maximum de morphologie. Toujours est-il qu’en ce qui concerne les hommes, il y a encore beaucoup de travail à faire. Si je me trompe, n’hésite pas à me contredire en commentaire. J’ai donc tenté le tout pour le tout en coupant la plus grande taille du seul patron que je possédais : le pantalon de pyjama du livre Casual Wear de Christelle Beneytout. Un vrai fiasco. Mon mec n’a jamais pu l’enfiler. Il m’a tout de même demandé de le garder au cas où… Mais ça c’est un autre débat.

 

 

Les T-shirts

Pour les hauts, je n’ai même pas envisagé un instant de les coudre moi-même. À la base, j’avais imaginé acheter 6 t-shirts rouges unis à manches longues, et puis j’ai dû me rendre à l’évidence que ça n’allait pas être aussi simple que ça en avait l’air…

Je me suis retrouvée 2 ou 3 jours avant Noël sans un seul T-shirt. Panique à bord !!!

Je me suis donc lancée dans une opération commando de dernière minute, presque désespérée, en me rendant dans un Centre commercial à côté de chez moi : direction Gemo et la Halle aux vêtements. Et surprise ! J’en suis revenue avec 6 t-shirts, pas tous rouges, ni unis évidemment, ni tous à manches longues, mais dans les tons rouges ou verts et qui feraient parfaitement la blague.

Le tout pour moins de 35 € !!!

 

 

Récap – conclusion – addition

Au final, malgré les déboires et les coups de stress de dernière minute, je suis très heureuse d’être allée jusqu’au bout de mon idée !

L’opération m’aura coûté, en tout et pour tout, une centaine d’euros. Soit moins de 17€ le pyjama par personne. Ce qui me semble honnête, sachant que plusieurs d’entre eux pourront être portés un certain nombre d’années. 

Et le plus important, j’ai réussi mon objectif principal : nous créer un souvenir sympathique qui perdurera dans le temps 💖

Coudre pyjamas tartan Noël the amazing iron woman
Coudre pyjamas tartan Noël the amazing iron woman

Bisous roses.

Partager cet article sur

22 Commentaires

  1. Et bin toute une bien belle fete avec ces superbes pyjamas…une bien bonne idee….et pendant ce temps perseverance se pose sur Mars

  2. Classe ! J’adore l’idée déjà, j’adore le tartan … Faut que je me fasse un pij en tartan !
    En tout cas, vous êtes beaux tous assortis !

  3. Eloïse Eloïse

    Super idée ! Il est fort possible que je te pique l’idée un de ces jours…
    Mais moi ça ira plus vite : je n’ai « que » un mari et un fils qui font (pour le moment) tous les 2 la même taille (en hauteur) 🙂

    • Mais fais donc !!! Je l’ai moi-même piquée à quelqu’un. Ça sert à ça de partager ses idées et ses créas !

  4. Quelle super idée, j’adore. Bravo pour ces jolis pantalons !

  5. Ils sont superbes ces pantalons et c’est une bien jolie histoire qui met du baume au cœur. Non mais franchement on ne va pas s’emmerdationner pour faire des raccords tip top sur des pyjamas!!

    • Merciii 💖 Ils sont portés régulièrement ces pyjamas. J’ai bien fait d’y passer. Du coup, j’ai l’impression que c’est Noël tous les jours ou presque depuis le 24 décembre dernier. Et les raccords, même pas en rêve !!! 🤣

  6. C’est vraiment une bonne idée les pyjamas coordonnés pour Noël et c’est vrai que ça a du vous faire de bons souvenirs.
    A ressortir à chaque soirée TV ou journée pyjamas en plus !

    • C’est ça !!! Ils les portent très souvent. C’est Noël presque tous les jours du coup 😉

  7. Très bonne idée que ces pyjamas en tartan pour la famille. Ils sont superbes. Dommage pour le pyj de monsieur. Bravo.

    • Merciii 💖 Pour mon mari, oui, ça me gonfle un peu… Je vais voir pour l’agrandir ou pour le recycler… Mais c’était un peu téléphoné comme résultat. Je constate quand même que les patrons pour hommes sont déjà rares, et en plus pas très inclusifs… Bref.

  8. Super ce petit défi que tu t es lancée a la derniere minute comme d hab
    j aurais pas tenté non plus les raccords sur des pyj, faut pas déconner

    grrrr pour le pantalon de ton homme par contre, par contre tu m interroges, il ne rentre pas dans la derniere taille??? toute façon il taille bizarrement ce bouquin, j avais fait un pantalon a stef, j ai du reprendre de bcp de partout… j étais un peu deg
    ici meme pas je propose ce genre de chose, on m enverrait bouler

    • C’est clair, faut pas déconner !!! 🤣
      Pour mon mec, non, carrément pas. Et de très loin… Je vais voir pour le bidouiller. Sinon je le recyclerai. Tant pis.
      Et j’ai pas proposé. J’ai imposé !!!

  9. Vous êtes trop beaux !! Et niveau coût c’est très bien joué.

    • Merci beaucoup !!! Oui. je suis contente que ça ne m’ait pas coûté un rein. Je ne l’aurais pas fait de toute façon si ça avait été trop cher… Et puis, ils seront portés très longtemps. je savais que ça serait rentable 😉

  10. Quelle bonne idée et quelle belle histoire ! Les photos gigognes sont juste superbes. Bravo Stéphanie pour tous ces chouettes pyjamas. Le choix du tartan rouge est excellent. Je trouve qu’il incarne parfaitement le feeling hiver, confort et douceur. Bises de toutes les couleurs.

    • Merciii 💖
      Je t’avoue que je me suis bien marrée à faire ces photos. Les enfants n’étaient pas tous très coopératifs, mais en fin de compte ça rend très bien.
      Et pour la couleur, nous étions assortis à notre sapin. C’était trop cool. Et puis, on va pouvoir les porter toute l’année !!! Je suis très fière de cette réalisation techniquement ras des pâquerettes mais mais proportionnellement utiles et rentables.

Un petit mot avant de partir ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.